Etape

Koszalin - Bytow

Kilomètres

100

Météo

Il fait bon à l’ombre

Phrase du jour

Quelle étape de bytow

Résumé

Depuis le début de ce voyage, nous jouons quotidiennement à la roue de la fortune. Nous ne tentons pas de gagner un yacht, une croisière de rêve ou tout autre produit dépravé de l’ultra-capitalisme. Nous n’achetons d’ailleurs pas nos billets dans un bar PMU à l’aube avant de prendre la route, au milieu de braves ouvriers Polonais. Non, nous ouvrons simplement Google Maps chaque soir.

C’est d’ordinaire Quentin qui se dévoue à cette tache. Le but est d’obtenir le tracé GPS de la prochaine étape, que je m’évertuerai de suivre grâce à mon téléphone. Si Google Maps excelle d’ordinaire dans la planification de trajets routiers, il existe un mode beaucoup plus hasardeux ou l’aléatoire semble plus de mise : le terrible mode “vélo”.

Je crois avoir identifié les différents lots à gagner en utilisant ce mode, et je vais vous faire part des mes découvertes.

Le premier lot, le plus commun est la belle route départementale ombragée, à l’asphalte lisse et immaculé. Nous pouvons obtenir de belles moyennes sur ces routes et nous ne nous soucions uniquement de quelques conducteurs un peu trop véloces.

Le second lot est l’ancienne route composée de dalles de béton de 2 mètres de large par 1 mètre de long et datant de l’époque ou la Pologne était un état satellite de l’URSS. À la jonction de chaque dalle, soit tous les mètres, le vélo se cabre quelque peu. Une petite technique, ou life hack pour les jeunes lecteurs bourrins, est d’augmenter légèrement sa vitesse pour obtenir une secousse continue. Avec un peu d’entraînement on finirait presque par s’y habituer.

Le troisième lot est l’ancienne route pavée recouverte de sable pour plus de plaisir. Bienvenue sur un chemin ou le vélo chasse de l’avant et de l’arrière pendant que les pavés manquants forcent des trajectoires tout sauf rectilignes.

Vient ensuite le lot sur lequel nous sommes tombés toute cette après midi, la piste sablonneuse en foret. Cela ressemble un peu au lot précédent sauf que le sable peut venir arrêter complètement le vélo et catapulter son cavalier. Quentin a d’ailleurs pu pratiquer sa technique de réception à l’épreuve de la catapulte. Il décroche un solide 8 sur 10 selon le jury.

Pour finir le lot le plus terrible, qui nous fait frémir d’inquiétude lorsque nous chargeons la trace GPS dans le téléphone, la piste pavée qui doit dater de l’époque romaine. Nous avons alors plus l’impression d’être dans la centrifugeuse de la NASA pour tester notre résistance sous 10G, que dans une foret Polonaise. Tout tremble, les sacoches se détachent, le téléphone saute de son habitacle, les pneus crissent sous les vibrations, un vrai délice.

Bref, nous avons quand même beaucoup aimé cette étape, et nous prévoyons d’arriver demain à Gdansk pour y passer un jour de repos bien mérité.