Etape

Montréjeau - le deuxième barrage EDF

Kilomètres

6

Météo

Ca se découvre et il fait chaud

Phrase du jour

'Ah mais ici y'a deux ans un jeune s'est empalé en essayant de passer le barrage' - Le deuxième technicien EDF

Résumé

Notre moral est au beau fixe ce matin, nous sommes prêts à en découdre avec la Garonne ! Le départ est compliqué, nous nous mettons à l'eau en quelques minutes, mais arrivons finalement à partir. Au bout de quelques jolies encablures, nous arrivons à notre premier barrage, complètement vidé de tout personnel. Sur la gauche, le barrage et ses mètres cubes d'eau qui se jettent dans la Garonne qui continue en contrebas, sur la droite, un canal EDF privé avec un panneau 'interdit'. La décision est vite vue et après être montés sur la rive dans les ronces (oui c'est pas du tout fait pour faire du kayak), nous jetons le kayak dans le canal en désescaladant en rappel le muret. L'eau est très froide, la manoeuvre compliquée mais nous repartons. Au bout de quelques centaines de mètres, nous arrivons au bord de l'usine, également formellement interdite. On commence à se douter de quelque chose mais après un long détour par la route nous repartons dans la Garonne.

15 minutes plus tard, nous arrivons au second barrage. Prêts a réitérer la manoeuvre, nous sommes heureux de constater la facilité de débarquer sur une jolie pelouse. Et pourtant, en arrivant vers le barrage avec le kayak a bout de bras, un technicien EDF nous interpelle 'mais qu'est ce que vous avez tous en ce moment?'. Nous sommes les 3ie kayakistes à tenter la descente de la Garonne en 2 mois. En gros, il reste une dizaine de barrages avant Toulouse, c'est super dangereux d'emprunter un canal EDF (oups) et de descendre derrière un barrage car il y'a des lachers d'eau (double oups). Et d'ailleurs y'a 2 ans un jeune s'est tué ici (triple et quadruple oups). Avec la sensation de s'être fait gronder comme des enfants de 10 ans, nous décidons sagement d'arrêter le projet. Il semble selon les techniciens EDF que descendre un fleuve en kayak est très inadapté en France, car pendant les années 40 et 50, des centaines de barrages ont été construits sur les fleuves et rivières de France pour éclairer les gens.

En attendant mon contact à Toulouse qui peut heureusement venir nous chercher car on est pas si loin en voiture, 3 autres techniciens viennent nous répéter combien on est des gros cons (en résumé). Le dernier technicien admet quand même qu'il n'y a aucune information sur Internet ni dans les villes en amont ni de panneaux de prévention sur le début de la Garonne, et qu'il faudrait peut-être qu'ils fassent quelque chose au sujet des 3 zigotos par an qui se mettent en tête de descendre le fleuve.

Une fois a toulouse, nous considérons nos options :

  • Partir a babel-oued pour faire la seule rivière francaise sans barrage tous les 2 kilomètres (La Dordogne, peut-être une autre fois)

  • Continuer la Garonne à partir de Toulouse, avec seulement deux barrages mais y'en a un c'est une centrale nucléaire et y'a 30 kilomètres à pied à faire parce qu'on peut pas rentrer dans le périmètre sans finir en prison (tant pis, on vit et on apprend)

  • Abandonner le kayak dans une brocante et partir au Futuroscope de Poitiers en stop (Une autre fois, garder l'idée)

  • Faire le canal du midi depuis Toulouse, y'a des écluses et pas de courant, mais on ne risque pas notre vie et on a le droit d'y être (très bonne idée on y va)

Du coup voilà, on a organisé très vite en réalisant qu'avec le Covid (sortez couverts!) on ne pourrait pas sortir de France cet été, sur Internet, les informations étaient très limitées et erronées, ca arrive, l'important étant de repartir et de kiffer la vibe ! Let's go Canal du Midi donc !